Encadrer la pub et l'influence des multinationales: un impératif écologique et démocratique

Big Corpo

Le rapport "Big Corpo. Encadrer la pub et l'influence des multinationales: un impératif écologique et démocratique", réalisé dans le cadre du programme Spim, décortique la place de la communication des multinationales dans le modèle consumériste et le greenwashing, mais aussi dans leur influence politique, ou encore les effets des financements publicitaires sur les médias et Internet.
Réalisé en lien avec 22 associations et publié quelques semaines avant le rendu des conclusions de la Convention citoyenne pour le climat, en 2020, ce rapport formule plus de 20 propositions concrètes pour réguler les activités de communication des grandes entreprises, et pour soutenir l'indépendance des médias et l'influence de la société civile.

Télécharger le rapport (pdf, 220pg, 3M) et sa synthèse (pdf, 28pg, 5M)

Un panorama des multiples activités de communication des grandesentreprises

Élaboré en lien avec des experts universitaires et avec les apports des 22 associations, ce rapport pionnier sur les enjeux de communication des multinationales montre :

  • que la publicité et le marketing jouent un rôle économique central dans le modèle consumériste, notamment au moyen de l'obsolescence marketing et conduit à des phénomènes de surconsommation de masse ;
  • que les campagnes de communication dites « corporate », de certaines industries sur leur «
    responsabilité sociétale », contribuent à façonner une image trompeuse dans l'opinion, pour protéger leur valeur financière et influencer les décideurs politiques;
  • qu'au-delà de son omniprésence dans l'espace public, le marché publicitaire permet aux annonceurs d'exercer une influence éditoriale réelle sur les médias et, par la publicité ciblée sur internet, d'organiser une surveillance de masse;
  • qu'en comparaison avec les grandes entreprises, les messages des associations visant à mobiliser la population ne bénéficient pas d'un accès comparable aux moyens de diffusion, au détriment d'une société démocratique de la communication.

Le rapport formule également plus de 20 propositions concrètes qui se structurent en quatre grands axes :

  • lutter contre la pollution directe des activités publicitaires
  • instaurer des mécanismes de régulation indépendante des discours des entreprises
  • engager des réformes économiques pour réduire la pression commerciale
  • soutenir l'indépendance des médias et les discours des associations citoyennes.

Communication et démocratie partage le diagnostic établi dans Big Corpo

Le rapport Big Corpo a été réalisé en 2020 dans le cadre du programme intitulé Système publicitaire et influence des multinationales (Spim),  dans lequel Communication et démocratie, association crée en 2021, prend ses racines.

Ce programme Spim, démarré en 2017, a été coordonné par Renaud Fossard (actuel délégué général de Communication et démocratie) sous la supervision de 3 associations: Communication Sans Frontières, Les Amis de la Terre France et Résistance à l'Agression Publicitaire. Visant à développer de l'expertise et des propositions sur les enjeux de régulation des activités de communication commerciale et politique,des multinationales, la terminaison de ce programme en 2020, suite à la publication du rapport Big Corpo, a conduit à la création de Communication et démocratie l'année suivante.

Si notre association s'est dotée d'un texte fondateur approfondi et établit désormais ses propres recommandations en direction des décideurs politiques, elle reprend néanmoins à son compte le diagnostic global réalisé dans le rapport Big Corpo.

Haut de page