A l’origine de l’association

A l’origine de l’association

L’association Communication et démocratie a été fondée en 2021 par le chercheur-enseignant Alan Ouakrat, la communicante engagée Céline Réveillac et le responsable associatif Renaud Fossard, entourés par les 15 autres membres de l'assemblée constitutive.


Cette initiative répond à une analyse du rôle historique de la communication, mais elle répondait aussi au contexte immédiat des échecs de régulation du lobbying et la publicité.

L'association Communication et démocratie a été fondée le 8 juillet 2021 par le chercheur-enseignant Alan Ouakrat, la communicante engagée Céline Réveillac et le responsable associatif Renaud Fossard, suite à l'Assemblée générale constitutive réunissant 18 personnalités qualifiées.

Cette initiative répond à une analyse qui inscrit, dans une tendance historique lourde, la nécessité d'une réflexion citoyenne autour de politiques de réformes des activités de communication et d'influence en général (voir texte fondateur). Elle voyait néanmoins le jour dans un contexte immédiat plus spécifique : celui de la terminaison récente du « programme Système publicitaire et influence des multinationales » ou « SPIM », et de l'échec en cours des réformes de régulation de la publicité discutée dans le cadre de la loi Climat résilience, adoptée en 2021.

Le programme SPIM, conduit de 2017 à 2020 par Renaud Fossard en lien avec trois associations, Les Amis de la Terre, Communication sans frontières et Résistance à l'agression publicitaire, visait à faire le point et identifier des propositions sur les enjeux de régulation des activités de communication, commerciale et politique, des multinationales.

Ce programme a notamment conduit à la publication, en mai 2020, en lien avec 21 associations partenaires, du rapport Big Corpo. Réguler la pub et l'influence des multinationales, un enjeux écologiques et démocratique (rapport complet et synthèse du rapport).

Élaboré durant les travaux de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) qui ont démarré en octobre 2019, et lancé dans la presse quelques semaines avant le rendu des conclusions de la CCC, en juin 2020, le rapport Big Corpo a directement participé à l'émergence d'un débat public sur les enjeux de régulation de la publicité, du marketing promotionnel et de la lutte contre le greenwashing. L'introduction de cet agenda de réformes dans les débats au Parlement sur le projet de loi Climat et résilience, a approfondi les attentes de la société civile, du public et d'une partie des professionnels du secteur de la communication sur le sujet.

Le programme Spim s'est terminé en 2020 avec la publication du rapport Big Corpo, quelques semaines avant le rendu des conclusions de la Convention citoyenne qui a conduit à l'inclusion d'un agenda ambitieux de régulation de la publicité dans le projet de loi Climat et résilience. Pourtant, cette loi a finalement donné lieu à de nombreux renoncements par la majorité au pouvoir sur les enjeux de régulation des activités de communication commerciale.

Cette situation a conduit un certain nombre de citoyens et citoyennes de différents horizons à prendre l'initiative, au début de l'année 2021, de créer une structure associative entièrement dédiée à l'analyse et au plaidoyer sur les enjeux de communication des grandes entreprises et des ONGs: l'association Communication et démocratie.