Les cofondateurices, le contexte, le programme spim

A l’origine de l’association

L’association Communication et démocratie a été fondée en juillet 2021 par Alan Ouakrat, chercheur-enseignant, Céline Réveillac, communicante engagée et Renaud Fossard, acteur associatif spécialisé dans le plaidoyer, tous les trois entourés par les 15 autres personnalités qualifiées ayant participé à l'assemblée constitutive.
Cette initiative répondait à une analyse du rôle historique des activités de communication dans le développement politique de nos sociétés, qui sera mis par écrit quelques mois plus tard dans le Texte fondateur de l'association. L'élément déclencheur de la naissance de l'association cette année là renvoyait aussi au contexte immédiat des échecs de la régulation du lobbying et de la publicité en France et en Europe.

L'association Communication et démocratie a été fondée le 8 juillet 2021 par le chercheur-enseignant Alan Ouakrat, la communicante engagée Céline Réveillac et le responsable associatif Renaud Fossard, suite à l'Assemblée générale constitutive réunissant 18 personnalités qualifiées.

Cette initiative répond à une analyse qui inscrit, dans une tendance historique lourde, la nécessité d'une réflexion citoyenne autour de politiques de réformes des activités de communication et d'influence en général (voir texte fondateur).

Elle voyait néanmoins le jour dans un contexte immédiat plus spécifique : celui de la terminaison récente du « programme Système publicitaire et influence des multinationales » ou « SPIM », et de l'échec en cours des réformes de régulation de la publicité discutée dans le cadre de la loi Climat résilience, adoptée en 2021.

Personnes cofondatrices de l'association

  • Alan Ouakrat

    Alan Ouakrat est enseignant-chercheur, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication (SIC).

    Maître de conférences en SIC à l’Institut de la Communication et des Médias de l’Université Sorbonne Nouvelle, Alan est enseignant-chercheur, membre du laboratoire de recherche Irméccen.
    Après avoir défendu une thèse sur la publicité en ligne sur les sites de presse issus de l’imprimé en 2011, il a développé une approche relevant de l’économie politique critique des médias et de la communication.
    Les objets de ses recherches ont évolué au fil des collaborations et des projets, allant de la régulation des plateformes numériques à la publicité responsable, en passant par le web3.
    Responsable d’un Master 2 en Communication Numérique, il accompagne la professionnalisation d’étudiants dans les métiers du numérique et de l’analyse de données.
    Depuis 2022, il coordonne le volet français de l’étude comparative européenne Media Pluralism Monitor, qui porte sur la liberté des médias et le pluralisme en Europe ainsi que dans un certain nombre de pays voisins.

    Il a participé à la cofondation de l’association Communication et Démocratie avec Céline Réveillac et Renaud Fossard, dont l’objet est la régulation des activités et des discours publicitaires, ainsi que la formulation de propositions pour améliorer la sobriété publicitaire. La réunion au sein de ce collectif de professionnels, d’associatifs et de chercheurs permet de réfléchir à ce que pourrait être une régulation publicitaire souhaitable, parallèlement et parfois en concertation avec les principales institutions et entreprises concernées.

    Alan Ouakrat, enseignant-chercheur, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication.

  • Céline Réveillac

    Céline Réveillac est responsable communication et consultante indépendante.

    Diplômée d’un Master en marketing et communication (INSEEC), elle a travaillé en agence de communication puis chez l’annonceur dans différents secteurs. Aujourd’hui responsable communication au sein d’une association dans la cancérologie, elle est également consultante indépendante en communication pour des acteurs de l’intérêt général et des entreprises à impact.
    Spécialiste de la communication (ir)responsable et traqueuse de greenwashing (@Greenwashing_lovers) depuis plus de 15 ans, elle sensibilise à des pratiques plus responsables et intervient dans l'enseignement supérieur et la formation. Céline a également participé à la sensibilisation et la montée en compétence des communicants en Nouvelle-Aquitaine à travers l’APACOM (association des professionnels de la communication en Nouvelle-Aquitaine), où elle a été pilote de la commission Com’avenir durant 4 ans. En 2021, elle a co-fondé Reboot !, un événement étudiant de la communication responsable qui a rassemblé lors de sa dernière édition près de 5 500 participants.

    Sa participation à la création de Communication et démocratie (CODE), aux cotés de Renaud Fossard et d’Alan Ouakrat, est un engagement d'une nouvelle ampleur. Si les acteurs de la communication commencent à s’emparer enfin de la communication « responsable », elle constate que les résistances restent encore très fortes quand il s'agit de remettre en cause la place de la publicité dans la société. Avec CODE, Céline souhaite permettre une véritable transformation du secteur, condition sine qua non à la construction d'un monde souhaitable et compatible avec les limites planétaires.

    Céline Réveillac, responsable communication et consultante indépendante, présidente de l'association Communication et démocratie

  • Renaud Fossard

    Renaud Fossard est politologue et communicant, délégué général de l’association Communication et démocratie.

    Initialement diplômé d’une licence de droit européen et international (Univ.Aix-Marseille) et d’un master 2 de Sciences politiques (IEP Grenoble), Renaud s’est engagé professionnellement, dans un premier temps entre 2009 et 2015, dans la lutte contre l’évasion fiscale des multinationales, en tant que chargé de campagne et plaidoyer pour différentes organisations en France et en Amérique Latine.
    Cette expérience lui a permis d’observer le rôle décisif des activités de communication et d’influence des grandes entreprises pour préserver des modèles économiques prédateurs pour les humains et l’environnement, maintenir un modèle consumériste insoutenable, influencer les médias et capturer les processus de décisions politiques.
    En 2015-16, Renaud retourne sur les bancs des étudiants et obtient un master 2 en communication des entreprises au CELSA, l’école de communication de la Sorbonne à Paris. Il crée ensuite en France le « programme SPIM » (Système publicitaire et influence des multinationales) qu’il dirigera durant 4 ans pour produire de l’expertise sur les enjeux de régulation des activités de communication. Ce programme aboutira en 2020 avec la publication d’un rapport de référence sur ces sujets, intitulé « Big Corpo ».

    L’année suivante, Renaud co-fondera, avec Alan Ouakrat et Céline Réveillac, l’association Communication et démocratie dans la perspective de doter la société civile et le débat public d’un acteur de référence sur les questions de régulation des activités de communication.

    Renaud Fossard, politologue et communicant, délégué général de l’association Communication et démocratie.

Avant la création de l'association : le "programme Spim"

Le programme SPIM, conduit de 2017 à 2020 par Renaud Fossard en lien avec trois associations, Les Amis de la Terre, Communication sans frontières et Résistance à l'agression publicitaire, visait à faire le point et identifier des propositions sur les enjeux de régulation des activités de communication, commerciale et politique, des multinationales.

Ce programme a d'abord conduit à l'organisation du colloque De l'industrie publicitaire aux relations publiques, les outils d'influence des multinationales, organisé en mai 2018 à l'Institut des sciences de la communication à Paris (programmes synthétique, détaillé et vidéos des interventions)

Il donnera ensuite lieu à la publication en mai 2020, en lien avec 21 associations partenaires, du rapport Big Corpo. Réguler la pub et l'influence des multinationales, un enjeux écologiques et démocratique (rapport complet et synthèse du rapport).

Le contexte politique lors de la création de l'association

Élaboré durant les travaux de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) qui ont démarré en octobre 2019, et lancé dans la presse quelques semaines avant le rendu des conclusions de la CCC, en juin 2020, le rapport Big Corpo a directement participé à l'émergence d'un débat public sur les enjeux de régulation de la publicité, du marketing promotionnel et de la lutte contre le greenwashing.

L'introduction de cet agenda de réformes dans les débats au Parlement sur le projet de loi Climat et résilience, a approfondi les attentes de la société civile, du public et d'une partie des professionnels du secteur de la communication sur le sujet. Pourtant, cette loi a finalement donné lieu à de nombreux renoncements par la majorité au pouvoir sur les enjeux de régulation des activités de communication commerciale.

Cet échec s'inscrivait aussi dans une dynamique plus générale de manque d'ambition des pouvoirs publics - voire d'absence de débat politique - sur les questions de régulation de la communication au sens large, et notamment du lobbying 360° et des impacts de la publicité sur les médias et internet, au niveau français et européen.

Dans ce contexte, la terminaison du programme Spim au second semestre 2020 a conduit un certain nombre de citoyens et citoyennes de différents horizons à prendre l'initiative, au début de l'année 2021, de la création d'une structure associative entièrement dédiée à l'analyse et au plaidoyer sur les enjeux de communication et d'influence des grandes entreprises et des associations : Communication et démocratie allait naître à l'été de cette même année.

Organes et fonctionnement

Communication et démocratie est une association loi 1901. Retrouvez ses statuts, une synthèse de ses principaux organes et de son fonctionnement ainsi que la liste des personnes impliquées dans le Conseil d'administration, le bureau et au…

Texte fondateur

"Démocratisons la communication" est le texte fondateur de Communication et démocratie, adopté le 9 mai 2022 au consensus par la totalité des membres de l'assemblée générale constitutive de l'association.

Haut de page